J'peux avoir une facture ?

Bouffer seul. Encore, je ne suis pas tout seul chez moi devant une casserole de pâtes. Non, l'ironie, c'est commander un plat tout seul au restaurant.

"C'est pour manger ?"

"Oui. Pour une personne. Une personne seulement. Une personne seule". Et le type retire les couverts, la serviette et le verre devant vous pour bien faire comprendre aux autres clients que vous êtes bien seul comme un tout seul ; et que le resto, c'est un truc où l'on va au moins à deux.

Aller au resto seul avec son smartphone. Avoir tous ces "amis" à portée de main, et finalement préférer la compagnie du mec au bar qui vous tire des gueuzes sur sa pompe à bière.

Le smartphone. Cette extension au bout de votre bras, cette extension de votre être, pfff, cette extension de merde de rien du tout. Je suis seul. Voilà. Seul, le nez dans la mousse de ma Karmeliet.

Seul dans une ville que je ne connais pas, et où je ne connais personne. Enchanté. Bonjour, enchanté de ne pas vous connaître. Et vous ? Ah, vous habitez Paris ? Vous devez bien vous sentir seul aussi, là, plongé dans la masse grouillante des âmes qui vous insultent.

Ceci dit, c'est normal, là-bas, de ne connaître personne. Non ?
Sur six millions d'habitants, la chance de croiser un ami est bien faible. Non ?
Même entouré, vous êtes seul. Non ?

Alors que moi, bon, finalement,... avec ma bière et mon quart de rouge de mec tout seul...  Qu'est-ce que je fous là ? C'est ça votre question?

Le travail... Bah oui, bien sûr le travail. L'instrument de la solitude par excellence. Et puis pour tout vous avouer, je n'ai même pas de smartphone. Je vais peut-être prendre un petit digestif quand même.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau