Les gens moins cons

 

C’est un hommage sur plusieurs générations

Pour ceux qui relèvent le niveau

Pour ceux qui gardent la raison

 

Ce serait dommage de ne pas faire une chanson

Sur les gens que l’on trouve beaux

Sur les gens moins cons

 

Accrochez-vous

En ce moment on n’est pas gâtés

Dans ce monde en part de gâteau

Un gâteau bien gaspillé

 

Approchez-vous

Car on ne va pas s’arrêter

A cette bande de gâteux

Mensonges, promesses, à la télé

 

Avouez que ce n’est pas toujours facile

Quand tous les jours il faut subir

La connerie de l’espèce humaine

 

Alors, on se crée des refuges fragiles

D’amour en sourires

D’humours en poèmes

 

Entendez-vous

Ces petits bonheurs qui résonnent

Dans ces espaces de liberté

Que l’on crée, que l’on se donne

 

Regardez-vous

J’en ai la tête qui bourdonne

De voir tant de beauté

J’en ai le cœur qui frisonne

 

C’est un hommage sur plusieurs générations

Pour ceux qui relèvent le niveau

Pour ceux qui gardent la raison

 

Ce serait dommage de ne pas faire une chanson

Sur les gens que l’on trouve beaux

Plutôt que dénoncer les bouffons

 

Il m’aura fallu peu de temps

Entre ma naissance et aujourd’hui

Pour constater comment

On nous impose un sursis

On nous propose une survie

On nous réprime gentiment

On nous opprime lentement

Pas de surprise finalement

Pas de méprise n’est permise

Pas de d’autre choix simplement

Que ce qu’on nous autorise

Alors il ne faut rien lâcher

Pour se positionner

Pour décider de sourire

De fêter et de rire

En attendant, en attendant, en attendant le pire

En attendant une solution

En attendant d’agir

En prenant de bonnes résolutions

En attendant de partir

On fera les belles diversions

 

Il faut dire qu’il nous arrive de perdre la foi

Qu’il nous arrive de péter les plombs

Quand face au monde nos cœurs vacillent

 

On peut se dire alors, au plus profond de soi

Qu’on connaît des humains moins cons

Qui nous empêchent de partir en vrille

 

Il leur a fallu peu de temps

Pour m’apprendre qu’aujourd’hui

Le monde s’asphyxie doucement

Comme un feu mal parti

Comme un livre mal écrit

Comme un mauvais roman

Comme un air emmerdant

 

Si on ne peut rien faire là-dedans

Si on n’a pas plus d’emprise

Je proposerai plus souvent

Un bras d’honneur à la crise

Celle qu’on avale sagement

Qu’on digère en ce moment

Qu’on recrachera en chantant

 

En chantant, des phrases poétiques

Puisqu’on est content d’être là

Dans cette chaleur sympathique

Joyeux et chantant, des refrains héroïques

Sur les fêtes que l’on fera

Comme une résistance symbolique

 

Il faut dire qu’il nous arrive de perdre la foi

Qu’il nous arrive de péter les plombs

Quand face au monde nos cœurs vacillent

 

On peut se dire alors, au plus profond de soi

Qu’on connaît des humains moins cons

Qui nous empêchent de partir en vrille

 

C’est un hommage sur plusieurs générations

Pour ceux qui relèvent le niveau

Pour ceux qui gardent la raison

 

Ce serait dommage de ne pas faire une chanson

Sur les gens que l’on trouve beaux

Sur les gens moins cons !

 

 

Noémie Moal